NOVAG SUPER FORTE C

Second Step

Après avoir battu à la régulière ma première machine et en parallèle ayant évolué dans ma vie professionnelle, je décidai de m'attaquer au haut du panier et flashai dans un magasin de jeux sur une machine toute noire avec tous pleins de boutons.
Nous étions encore à Noël et c'était aux Galeries Lafayette anciennement Decré à Nantes.

La vendeuse ne connaissait pas du tout les jeux d'échecs électroniques et de plus c'était un article de démo et donc il n'y avait pas la boîte d'origine, ni l'alimentation Novag indispensable pour ce genre de machine et qui devait être inclus à l'achat.
Je le comprendrai par la suite.
Qu'importe je l'achetai et comme un trésor, rentrai dans mon studio me demandant si cela avait été mature de ma part cet achat compulsif.








Un mois de mon salaire de l'époque. 
J'étais alors en contrat d'adaptation de ré-orientation après avoir terminé mon contrat d'orientation.






Dès le début grosse panique, rien a voir avec le SAITEK. J'étais en présence d'un turbo-réacteur à 2000 ELO.
Dix Parties - Dix défaites.

Une publicité de l'époque pour la série B dans la revue Jeux et Stratégie N°47 et 52 et un article par le pointu passionnant  Pierre Nolot










Après 2 mois, je n'avais toujours pas gagné une partie et désespérais.
Je me suis donc remis à lire des traités et notamment le livre de  Frits Van Seters "le guide marabout des échecs". Très bien fait.




En apprenant les ouvertures, il est plus facile de discuter d'égal à égal avec une machine dotée d'une bibliothèque 1.0.
Et puis miracle, première partie gagnée niveau 0! 
successful launch !
Je sautai au plafond, j'étais Champion du Monde!

Par la suite, la machine à commencé à bugger.
"Le jeu se figeait en milieu de partie". 
Après 2 retours au SAV NOVAG à Tours même problème.
Il s'agissait tout simplement d'un problème sur les piles neuves mais défectueuses (merci à  D....)
J'achetai donc une alim Novag et me remis au combat.
Pas très longtemps car une mission m’attendait dans un coin reculé.
Une mission de 15 jours.
Puis une autre.
Quelques mois.... facilitant l'oubli et effaçant les passions.
Retour case départ.
Changement de situation.
Réaction.
Vente de la machine pour régler une facture électrique.
Une misère.
Fin du lancement.
Arrimage à la station "réalité".
Terminé.






« Seuls peuvent vivre comme le vrai Wanderer ceux que nul lien n'attache, capables de répondre à l'appel du dehors sans accorder un regard à ce qu'ils abandonnent" Sylvain TESSON