Articles

Ce blog est un voyage immobile...
Un Voyage intérieur et nostalgique. Nostalgie d'une passion née le jour où j'ai acheté ma première machine électronique.
J'ai passé des nuits à essayer de le battre.Un jour j'ai réussi puis je suis passé à un autre niveau et à d'autres machines et j'ai ensuite, par la force des choses, arrêté.
20 ans après j'ai commencé une collection pour tenter de retrouver cette période.
J'avais 40 ans peut-être pour anéantir une période de crise intérieure qui s'annonçait... Je ne sais pas...
Niveau échecs J'ai toujours été un joueur occasionnel donc de faible niveau.
Mon intérêt principal reste ses machines mélancoliques, que je présente dans ses posts au travers ma collection. Une présentation bucolique et vagabonde qui est un parti pris assumé.
Bonne Promenade !
Pascal

L'EXPLORATION DU MOIS

SCISYS RAPIER

"La Nostalgie aussi tranchante que l'épée"


Le Scisys Rapier date de 1984. 
C'est une machine assez rare à trouver.
Ce n'est pas la plus forte (1142 ELO) mais c'est surement celle avec qui je préfère jouer.
Avec son module ou boiter indépendant que je trouve très pratique et l’échiquier de couleur noire et crème très élégant malgré le fait qu'il soit en plastique et très leger (donc très fragile).
Le Rapier ou Rapière en Français est une longue épée du XVIème siècle. 


Il possède 8 niveaux de Jeu dont le dernier Infini.
Il faut saisir les coordonnées de jeu sur le clavier car l'échiquier n'est pas sensitif.
J'ai dû faire une vingtaine de parties contre lui et à chaque fois je l'ai battu, c'est dire son niveau!
Il commet de grosses bourdes dans les ouvertures notamment dans les 4 premiers niveaux.
C'est une machine pour débutant.



Caractéristiques techniques:

Constructeur:   Scisys
Année:            1984
Programmeur: Julio kaplan (?)
Processeur:    …

MEPHISTO MILANO upgrade NIGEL SHORT

SAITEK KASPAROV PRISMA

NOVAG TOPAZ







« Seuls peuvent vivre comme le vrai Wanderer ceux que nul lien n'attache, capables de répondre à l'appel du dehors sans accorder un regard à ce qu'ils abandonnent" Sylvain TESSON